13ème Jour - Mardi 27 Avril - Plovdiv - Pazardjik- Plovdiv (Bulgariie)

argaiv1828

13ème Jour : Mardi 27 avril

English corner

Tuesday April 27th. Pazardjik

 

Plovdiv (2ème ville de Bulgarie)- Pazardjik (40 km de Plovdiv)- Plovdiv (Bulgariie)

Pazardjik :
- 14h: concert à la maison de retraite
- 18h Concert au parc Public

Et la Caravane passe...

L’amour est un bouquet de violettes

De son balcon de la maison de retraite, à Pazardzhik, elle a tout vu, tout entendu, Maria Sdravkova. Marc, Cathy,

Marie-Astrid au piano,

 

Aquarelle de Michel

Céline et son violoncelle sur sa corde,

 



les caravaniers et les pensionnaires s’unissant peu à peu dans la grande ronde de l’amour,

 

l’offrande des œillets à ces visiteurs d’un jour. Maria a 97 ans et elle est la doyenne de cet établissement où vivent 170 personnes 113 femmes et 57 hommes.
La porte de sa chambre, sobrement décorée, s’ouvre et nous la retrouvons sur son balcon. Elle est belle encore, Maria et toujours coquette. A la vue de l’œillet qui lui est offert, elle sourit, émue. Certes, sa mémoire lui joue des tours et ses souvenirs sont épars mais le passage de la Caravane a ravivé en elle une foule d’images. Son père, Assen, a été violoncelliste dans l’orchestre de l’armée bulgare et Maria aime beaucoup la musique. Aussi le passage de la Caravane est-il pour elle une bénédiction.
On lui demande alors de parler d’amour. Elle rit, Maria. « C’est un sujet très délicat » dit-elle avant d’ajouter « quand l’amour disparaît, il ne reste qu’un monde vide ».
Elle est si touchante qu’on aimerait la photographier. Elle refuse d’abord, puis se ravise. Maria s’assied sur une chaise, à la porte de cette chambre où elle finira paisiblement ses jours. Elle dit merci en français et nous adresse un au revoir de sa main où le temps a laissé son empreinte. Maria a appris notre langue au lycée quand elle était adolescente. Elle a traduit en bulgare un poème français où il est question de violettes. Elle en cite un extrait. C’est son cadeau. Puis elle va prendre un peu de repos. Et à notre tour, on a simplement envie de lui dire merci.

un regard suffit

 

Quand leur amie se met au piano...

Pendant le concert - partage intense entre Catia et une pensionnaire.

Hervé

Instantané

L’amour dessiné

 

Peter Zmiacharov est peintre et professeur d’histoire de l’art à l’université de Plovdiv. Quand Marc a donné son concert dans ce magnifique parc de la ville, en fin de journée, Peter se trouvait là un peu par hasard. Il est né en 1960. « En pleine époque love and peace », insiste-t-il « et je tiens beaucoup à mes cheveux longs ».
Passionné par les expériences musicales, comme celle de George Harrisson avec Ravi Shankar, Peter a été profondément touché par Marc, son piano et ses variacordes. Alors, la cigarette en permanence aux lèvres, il a sorti son bloc à dessin et s’est mis à croquer le pianiste. « Son rythme a provoqué mon rythme ». Un pied, un visage, une paire de bretelles, rien n’a échappé à l’œil de Peter. Pour finir, il détache du bloc tous ses dessins et les offre à Marc. « Il m’a mis dans le cœur quelque chose de très touchant » dit-il.
Ce cadeau c’est aussi son hommage à la Caravane amoureuse. « Votre initiative est quelque chose de merveilleux ». Il prononce « merveilleux » en français. « Je suis sûr qu’elle va faire tache d’huile et que cela incitera d’autres personnes à partager à leur tour leur amour ».

Hervé

 

Le bonheur des uns...

Elle s’appelle Katarina. Cela fait 10 ans qu’elle travaille dans l’église orthodoxe Troïtsa (la sainte trinité). Elle s’occupe aussi des fleurs du petit parc voisin. En tout cas elle est très contente que la Caravane amoureuse se soit arrêtée à Plovdiv, si près de la maison de son Dieu.

François

 

Les rencontres



Dans le parc de Pazardisk, la caravanne amoureuse a posé le piano. Les divers participants rencontrent la population qui flanne dans cet espace naturel : un monsieur sur une chaise roulante qui voudrait s’approcher du bar du parc, mais ne le peut à cause de son véhicule ; un pasteur orthodoxe avec sa famille, a noué une relation, en expliquant la situation économique de la Bulgarie. Un éclair passe dans le visage d’une jeune fille handicapée qui a pu poser sa main sur le piano.


Charlou

 

Concert dans le parc de Pazardjik - Pendant que Marc joue, Céline danse...

 

...ainsi qu'Estelle

 

En petites touches noires et blanches

 

Les caravaniers ont porté cette jeune fille jusqu'au piano. Ses notes nous ont émues

 

Dans le parc, François apprend à jongler

pendant que Cathy, un peu plus loin, fait découvrir la résonnance du violoncelle

Jeu à deux

Parlez-moi d'amour

Le caravamoureux du jour : Charlou. Age : selon l'état civil et l'époque présumée inscrite sur l'état civil j'aurais 60 ans mais mon âge oscille entre 10 et 35 ans. Je suis toulousain rive gauche, c'est à dire gascon. Je suis conteur, chanteur, musicien, poète, troubadour. Mes passions sont l'Histoire, la nature, les musiques du monde.

- Ce qu'on a fait de plus beau par amour pour toi.
- Un enfant qui m'a offert une fleur

- Ce que tu as fait de plus beau par amour.
- Aimer la vie sous toutes ses formes : la fleur, le petit insecte, les hommes mais d'avantage les femmes !

- Quel est pour toi le symbole de l'amour ?
- Offrir une rose et prendre un enfant dans ses bras

- Une phrase que tu cites volontiers
- "A l'entorn de la maïsoùn
nau arrosa i a en boton"
traduction : "autour de la maison il y a 9 roses en boutons"

- Ce qui t'a donné envie de te joindre à la Caravane amoureuse
- Une convergence de plusieurs facteurs : voyager à la rencontre de l'humanité avec le coeur ; l'attirance vers la Bulgarie et la Turquie par rapport à mon histoire personnelle.