22ème jour - jeudi 6 mai - Turquie - Ankara - Goreme (Cappadoce)

argaiv1044

English corner

Thursday May 6th

From Ahlatlibel (Ankara) to Göreme (Cappadocia) – Turkey

Tourism day, on the way to Cappadocia.
Breakfast on a shore of the salt lake : Tua Golü
Lunch time face to the amazing 7th century troglodytes houses.
Sunset : piano settled on a shore of a canyon : simply magic.

 

22ème Jour - Jeudi 6 mai

 

Et la Caravane passe...

Jeudi 6 mai
Ahlatlibel – Uchisar - Cappadoce – Turquie

Un instant de grâce face au canyon...

La Caravane amoureuse aime sortir des sentiers battus. Une place est toujours laissée à l’improvisation. Partis à l’aube, d’Ahlatlibel près d’Ankara, nous avons fait une halte dans un paysage de rêve, au bord du lac salé de Tuz Gölu. Puis nous nous sommes arrêtés en Cappadoce. Au bord d’un canyon d’une beauté à couper le souffle, près de Göreme, Marc a installé son piano et les notes de musique se sont envolées vers les maisons troglodytes et les cheminées de fées jusqu’au coucher du soleil...

Claire et Hervé

 

 

Premier regard

Première improvisation dans une ancienne église troglodyte

Dans l'immensité,

 

En communion



ce sera un moment fort du film

Petit à petit la musique nous rassemble

 

et nous entraîne dans une danse avec la nature

 

 

EFFET PAPILLON

Caravane amoureuse 2008, traversée de la France. Quelque part sur son passage, une jeune Turque, Sirin,

touchée par ce projet et son esprit, de spectateur va devenir acteur. Un coup de fil à Marc pour lui dire que ce serait magnifique d’envahir amoureusement la Turquie, et la voilà par ce simple appel initiatrice d’un projet qui va toucher des foules dans 9 pays, de la France au Liban, et mobiliser plus de 50 caravaniers pendant près de 2 mois de voyage, avec une équipe de cinéastes. Combien d’autres personnes rencontrées ou touchées par le film vont-elles à leur tour démultiplier ce qu’elles ont reçu, pour de proche en proche transformer ce battement d’ailes de papillon en ouragan de tendresse déferlant sur le monde ?
Sirin, je ressens une tendresse particulière à ton égard, car tu ressembles étrangement à ma fille Mathilde. Je vais donc t’adresser ces quelques mots personnellement, comme ceux d’un père fier de sa fille. Tu as du culot et du courage, et c’est magnifique. Lancer une telle opération et ensuite affronter les doutes, les peurs, pour les traverser et aboutir à la réalisation du projet demande une intelligence, une vision et une confiance exceptionnelles.

Sirin, imaginais-tu en téléphonant à Marc que cela te ferait manger à la table du président du Galatasaray, demi-dieu dans ton pays, imaginais-tu que tu côtoierais le vice-préfet d’Istanbul, les maires des villes traversées,

Acquarelle de Michel

que tu enflammerais le canal d’Eskisehir, ferais danser des centaines d’enfants,


Acquarelle de Michel

tirerais un saxophoniste de son appartement carré dans une tour carrée, aux balcons carrés ? Bület nous touchera autant que nous le toucherons, dans la joie du partage de la musique. Imaginais-tu que ton coup de fil nous ferait jouer pour des orphelinats, des maisons de personnes âgées - et parfois comme chez nous délaissées -, imaginais-tu tout cela ? A travers ta confiance tu nous as donné beaucoup et tu as donné beaucoup à ton pays. Et à toi-même tu t’es donné une nouvelle vision de l’humain beaucoup plus vaste et large et généreuse que celle auquel notre quotidien et nos médias nous ont habitués.
Deux ou trois jours dans les bus t’ont permis de goûter la saveur de la cohabitation dans notre esprit amoureux et de respect. Deux ou trois jours suffisent pour rendre la séparation douloureuse. Ton émotion nous gagne, éponges que nous sommes. Maladroitement, je te prends dans mes bras en te disant « on se reverra, promis ». Mais ce n’est pas revoir les gens que tu veux, même si un attachement individuel fort s’est créé avec certains, c’est poursuivre l’aventure que tu veux, continuer à rencontrer les gens du monde comme nous le faisons, dans la tendresse et la délicatesse. La musique, piano, flûte, accordéon et chants, la danse, les jongleurs, la corde de Céline, tout contribue à la magie de la rencontre et de l’instant. C’est cette magie qui va te manquer Sirin, l’alchimie est collective, pas individuelle.
J’ai peint en pensant à toi un de ces moments magiques, je te le dédie.
Sirin, il est temps pour moi de mettre un terme à cette lettre, comme tu as mis un terme aux quelques jours passés avec nous, empreints d’une émotion délicate et touchante. Quand nous nous reverrons Sirin, ça sera pour moi un honneur et un bonheur.
Michel

Témoignage

Citram...oureuse

 

Tout ce que nous vivons et partageons entre les Caravaniers et les habitants des pays traversés repose sur le bon fonctionnement de nos trois bus, lequel ne s’est jamais démenti jusqu’à présent. C’est l’incontournable conjonction du matériel et du spirituel, indissociables, mariés pour la vie. En amont de la mécanique, ce sont avant tout des hommes, Richard, Cédric, Alex, Fabien, Teuteuche, entre autres, qui ont été les moteurs de cette réussite. C’est avec un profond sentiment de gratitude que je roule chaque jour et que je me remémore lorsque chacun a oeuvré en passant du temps sur la mécanique, en recherchant des pièces, en effectuant les démarches administratives et finalement en débloquant la situation in extremis, la veille du départ. Au point même que Richard revienne durant ses congés ! Comment remercier si ce n’est en donnant le meilleur de nous-mêmes pour que la magie opère, pour que l’Amour soit à l’honneur, pour révéler à l’humanité sa propre beauté ? Ces premières rencontres et l’engagement de la Citram (*) vis à vis du projet font indiscutablement partie du voyage.
A tous, merci, de la part de l’ensemble des Caravaniers.

* La Citram : grande compagnie de transports bordelaise, déja partenaire des Caravanes amoureuses précédentes pour la préparation des bus, à redoublé d’effort en 2010, afin de permettre cette aventure.

Erwan

 

 

Parlez-moi d’amour

Le Caravamoureux du jour : François, 29 ans,. Vit à Vasles (Deux-Sèvres) Il est cuisinier animateur dans une association « Un toît en Gâtines », résidence habitat pour jeunes, à Partenay. Ses passions : la rénovation d’un ancien corps de ferme, organiser des fêtes et y participer.

- Ce qu’on a fait de plus beau par amour pour toi
- Ma conception. C’est le début de mon existence. Sans ça rien n’aurait été tout à fait pareil. Et comme je suis très reconnaissant de mon existence, je prends ça comme un beau cadeau.

- Ce que tu as fait de plus beau par amour
- L’amour.

- Quel est pour toi le symbole de l’amour ?
- Ce sont des mots : beauté, respect, harmonie, liberté.

- Une phrase que tu aimes tout particulièrement
- « A quoi peut-on comparer la vie ? Au reflet de la lune dans la goutte de rosée qui tombe du bec de l’oiseau ». « Les chemins nous invitent, il faut vivre les pas ».

- Ce qui t’a donné envie de te joindre à la Caravane amoureuse
- C’est la conjonction de trois éléments qui m’a donné envie de partir : la démarche de la Caravane amoureuse, le voyage et la musique.

Haïku

Un champ de fleurs jaunes
Regards multicolores
Buée sur le verre

Michel et Guy