20ème jour - Mardi 4 mai - Turquie - Eskisehir- Ankara

argaiv1123

English corner

Tuesday May 4th

From Eskişehir to Ahlatlibel (Ankara) – Turkey

Guided visit of Eskişehir, a dynamic, advance-guard and cultural-oriented city.
The mayor, Pr Yylmaz Büyükersen invited the Caravaners for lunch and insited about the new friendship between a city and France. And after huggingst and « the » picture on the steps of the city hall, la Caravane amoureuse headed for Ankara welcomed by Mélanie Bouchard (Deputy director of Institut français de Turquie).

 

20ème jour - Mardi 4 mai

Turquie - Eskisehir- Ankara

 

 

Un modèle exceptionnel de démocratisation culturelle

Eskisehir est une charmante ville de 640 000 habitants qui nous a merveilleusement accueillis pendant deux jours.



Une visite de la ville proposée le matin du 4 mai nous a permis de découvrir l'approche fortement imprégnée humaniste qui sous-tend les différents programmes mis en place.

Pour le maire Yilmaz Büyükersen en mandat depuis 11 ans, il est essentiel de démocratiser l'accès à la culture et au sport et de mêler les différentes populations. Pour cela, l'accent est mis sur deux types de lieux publics rassemblant différentes classes sociales : les parcs et les centres culturels. Professeur d'économie, il explique qu'il se sert des différents systèmes : capitalisme libéral et socialisme pour mener à bien le projet.

Nous visitons tout d'abord un parc, encore en travaux, qui permettra cet été d'offrir une plage artificielle aux habitants de la ville. En attendant, la natation est enseignée gratuitement dans les piscines. Le parc accueille également un centre équestre pour handicapés. Des fauteuils roulants sont mis à disposition à l'entrée du parc.

Dans cette ville, l'accent est très fortement mis sur l'accès à la culture pour tous, notamment à travers la mise en place d'un Centre culturel proposant opéra, théâtre, concerts, salle de réception.

Marc s'offre un moment de plaisir sur un magnifique Steinway

 

Le Directeur Ahmet Kapanoglu nous a présenté la politique de ce centre.


Lorsque le centre a ouvert ses portes, des bus sont allés chercher les habitants pour les emmener gratuitement à la rencontre des spectacles. Aujourd'hui l'action se poursuit de différentes manières. Les tarifs des billets d'entrée sont très bas : de 50 centimes à une lira (soit 50 centimes d'euro environ) pour les personnes ayant peu de ressources, notamment les étudiants très nombreux dans la ville en raison de la présence des deux universités et ce, quel que soit l'artiste. La règle de base est de proposer de la qualité et de la variété. Des programmes spéciaux sont proposés aux enfants : l'orchestre symphonique joue des génériques de dessins animés avant de proposer des ateliers. Pendant les vacances d'été les comédiens donnent des cours gratuits aux élèves. Chaque semaine des bus vont chercher des femmes en banlieue pour les emmener à l'opéra. Le public et les artistes se rencontrent et échangent après les représentations autour d'un cocktail. Les artistes sont aussi présents dans la rue où ils sont associés aux ingénieurs pour faire entrer les couleurs dans la ville.
Chaque soir, plus de 600 personnes viennent voir les spectacles. 417 000 personnes ont assisté aux représentations l'an dernier, soit plus de la moitié de la population. Cela a entrainé une forte augmentation de la pratique artistique dans la ville.

L'échange avec le directeur se termine ainsi : "Une expression chez les jeunes Turcs dit "On a pris de la bonne électricité de vous". Ce qui est certain, c'est que nous aussi nous avons pris de la bonne électricité de cette rencontre qui nous a donné beaucoup d'espoir sur le chemin de la démocratisation culturelle. Le courant est bien passé.

notre Guide

Isabelle

" L'amour, c'est vivre "

Avant que la Caravane amoureuse quitte Eskishehir, enchantée par l'accueil formidablement chaleureux qui lui avait été réservé, le maire de la ville, M. Yilmaz Büyükersen, a tenu à poser pour une photo souvenir en compagnie d tous les Caravaniers.
La Caravane amoureuse, M. Büyükersen, décoré de la Légion d'Honneur par le président Jacques Chirac, la voit comme " un ambassadeur de la paix ", comme " une lumière capable d'assurer la paix dans le monde ". Il ajoute : " L' art et la musique sont le ciment qui rassemble les gens et toutes les personnes qui s'aiment".
En entendant Marc déclarer que " la paix suit l'amour comme l'ombre suit la lumière", le maire d'Eskishehir acquiesce avec enthousiasme : " L'amour, c'est vivre ", estime-t-il. " les personnes qui n'aiment pas et ne sont pas aimées ne sont pas des personnes quivivent. L'amour, c'est la foi ".
Coïncidence heureuse, le passage de la Caravane amoureuse à Eskishehir s'est produit au moment où était célébrée la semaine Ymus Emre. Il s'agit d'un poète et philosophe turc qui a beaucoup chanté l'amour. Et M. Büyükersen de citer cette phrase du poète inscrite sur un globe, face à l'Hôtel de ville : " Aimez, soyez aimés. Ce monde ne va rester à personne".
Avant que nos bus ne prennent la direction d'Ankara, M. Ogüzhan Ozen, adjoint au maire, avait à son tour parlé de la Caravane amoureuse en termes élogieux, plus encore après avoir appris que les Caravaniers avaient payé pour prendre part cette belle aventure. " Le volontariat, c'est noble, mais quand en plus, on paie pour ça, cela devient sacré"

Hervé

 

Marie-Astrid et Yves en attendant le bateau

Sachant que nous repassions en bateau le lendemain sur le canal, notre saxophoniste de passage a accroché pour nous un message à son balcon.

Le saxophoniste Bülent Senol nous a rejoins sur le bateau

Témoignage

« L’amour, c’est vivre »

Avant que la Caravane amoureuse quitte Eskişehir, enchantée par l’accueil formidablement chaleureux qui lui avait été réservé,



le maire de la ville, Yilmaz Büyükersen, a tenu à poser pour une photo souvenir en compagnie de tous les Caravaniers.


La Caravane amoureuse, M. Büyükersen, décoré de la Légion d’Honneur par le président Chirac, la voit comme « un ambassadeur de la paix », comme « une lumière capable de développer la paix dans le monde ».
En entendant Marc proclamer que « la paix suit l’amour comme l’ombre suit la lumière, le maire d’Eskişehir acquiesce avec enthousiasme. « L’amour, c’est vivre », affirme t-il « Les personnes qui n’aiment pas et ne sont pas aimées ne sont pas des personnes qui vivent. L’amour, c’est la foi ».



Coïncidence heureuse, le passage de la Caravane à Eskişehir se produit au moment où est célébrée la semaine Ymus Emre, un poète et philosophe turc qui a beaucoup chanté l’amour. Et M. Büyükersen de citer cette phrase du poète inscrite sur un globe face à l’Hôtel de ville. « Aimez, soyez aimés, ce monde ne restera à personne ».
Avant que nos bus ne prennent la direction d’Ankara, M. Ogüzhan Özen, adjoint au maire, avait à son tour parlé de la Caravane en termes élogieux, après avoir appris que les Caravaniers avaient payé pour prendre part à cette grande invasion de l’Amour. « Le volontariat, c’est noble, mais quand en plus on paye pour ça, ça devient sacré ».

Hervé

 

Parlez-moi d’amour



Céline, née à Tahiti il y a 28 ans. Installée à Bordeaux depuis peu, elle aime voyager, danser le tango argentin et jouer du violon.

  1. Ce qu’on a fait de plus beau par amour pour toi

Me dire « l’essentiel pour moi est que tu sois heureuse »

  1. Ce que tu as fait de plus beau par amour

Mes fiançailles avec Erwan

  1. Une phrase que tu aimes

« Mon amour est dans mes bras, il m’a rendu le monde. J’ai une patrie, une grande patrie, sans frontières. Ah, je suis dans les bras du Père ! » Olivier Py

  1. Quel est pour toi le symbole de l’amour

Le tango argentin

  1. Ce qui t’a donné envie de te joindre à la Caravane amoureuse

La soif de découvrir le monde, et l’amour du voyage, en tant que marche vers les Hommes. Et tout cela en musique !