50ème (et dernier Jour) - Jeudi 3 juin - France - La Tour du Pin

argaiv1123

 

English corner

Thursday, June 3rd - La Tour du Pin LAST day

The piano is moving in the streets on a light cart with 2 horses.
First stop in the geriatric section of the hospital, then in a Elie Cartan high school where Marc delivered a speech to the teenagers, then in 2 primary schools.

Last and least party with the people of LTDP.

Emotion.........

 

50ème Jour - Jeudi 3 Juin - France - La Tour du Pin

La Tour du Pin

Nous hissons le piano sur la calèche

 

 

 

 

La journée commence par une visite des Caravaniers au service gériatrique de l'hôpital de La Tour du Pin.

 

 




et nous dirigeons vers l'hôpital. Les résidents nous attendent avec impatience et nous saluent.

Les premiers échanges avec les Caravaniers sont doux et affectueux.


Pendant le concert de Marc, nous invitons les résidents de l'hôpital à danser. Malades et handicapés se sont donnés rendez-vous sur la piste pour y retrouver une seconde jeunesse et la joie de se mouvoir librement.
Le groupe se sépare ensuite pour manger à l'hôpital et au centre Arc en Ciel, où nous fêtons l'anniversaire de Mme Muette, 89 ans.

 

Nous partons ensuite pour une visite de la classe de seconde arts plastiques du lycée Elie Cartan,

emmenée par son professeur Nathalie Champon.

 

 

Les élèves nous attendent de pied ferme en portant des T-shirts sérigraphiés spécialement pour la Caravane, qu'ils ont fait confectionner : une manière prévenante de nous souhaiter la bienvenue chez eux !


 

Marc joue quelques morceaux puis s'adresse longuement aux autres lycéens qui ont rejoint le groupe formé sous le préau. Il leur présente la Caravane et raconte quelques péripéties incroyables de notre voyage : la démarche d'Offre Joie au Liban, l'accueil qui nous fût réservé en Syrie, la conduite du piano sur l'ex-ligne de démarcation à Beyrouth... puis sensibilise les lycéens sur l'importance de la bienveillance et du regard amoureux porté sur l'autre, au-delà des différences.

Un Caravanier raconte aux lycéens une histoire :
« Un petit garçon profite avec son grand-père d'un soir de pleine lune pour raconter des histoires. L'enfant demande à son grand père de l'enseigner sur le cœur des hommes. Le vieil homme lui dit :
- Dans le cœur des hommes, il y a deux loups : un loup noir, fait de peurs, de colère, de rancune, de tout ce qu'il y a de terrible sur Terre. Tout cela dans le loup, dans le cœur de l'homme.
Le jeune enfant est un peu effrayé, le grand père le rassure.
- Mais il y a aussi l'autre loup, le loup blanc ! Celui-ci est fait d'Amour, de joie de vivre, de paix et de tout ce qu'il y a de plus beau sur Terre. Tout cela dans le loup, dans le cœur de l'homme.
L'enfant très intéressé demande « mais alors lequel de ces deux loups est le plus fort ? »
et le grand père répond :
- Celui que tu nourris... »

 

Le piano reprend, nous dansons tous ensemble.

Touches de piano avec des objets de récupération en noir et blanc.


Les lycéens nous présentent ensuite de multiples oeuvres d'art réalisés sur le thème de la caravane amoureuse, dont un film qu'ils ont réalisé en attendant la visite de la Caravane, dans lequel ils reprennent les questions de l'interview « Parlez-moi d'amour » en les posant à des Turripinois. Nous sommes surpris et touchés de voir que d'autres personnes que les Caravaniers eux-mêmes portent le message de la Caravane amoureuse.

 

 


Nous partons ensuite, Marc et le piano sur la calèche, afin d'aller accueillir en musique les enfants de l'école Thevenon lors de leur sortie. Ils rient aux éclats, s'amusent, s'intéressent aux chevaux et au piano.

L'après-midi touche déjà à sa fin, nous retournons à la salle Equinoxe afin de partager le repas du soir, façon auberge espagnole, avec les habitant de La Tour du Pin et l'équipe de la mairie.
Le concert qui suit est le dernier de la Caravane amoureuse 2010.

C'est Céline, sur son fil, qui commence la soirée, suivie de Cathy et Eric au piano,

 

Céline, à pas de loup....

 

 

puis Marie-Astrid au piano, Alain à la clarinette,




Pablo à la guitare et au charengo et enfin Marc. Une atmosphère calme règne dans la salle, et la musique se déroule dans un certain recueillement.




Des musiciens turripinois viennent accélérer le rythme au son des djembés. La salle se met à danser.
Certains Caravaniers partent ce soir, les premiers adieux ont lieu, mais dans la joie. La Caravane est un art de vivre finalement, et le message porté n'est pas circonscrit par le temps. Elle continue donc, autrement, en chacun d'entre nous, dans l'espace de nos vies quotidiennes.
Céline I

 

Véronique, la dame de Coeur

Le moins que l'on puisse écrire est que la Caravane amoureuse a reçu un accueil royal, ce 3 juin, pour son retour à La Tour du Pin, cette localité de l'Isère dont elle était partie le 15 avril pour sa longue distribution d'amour à travers une dizaine de pays. Un accueil qui a profondément touché tous les Caravaniers, parmi lesquels figurait l'artiste Guy Brissaud, un enfant du pays, très impliqué lui aussi dans cette journée de festivités, de rencontres et de partage.
La présence de la Caravane dans leur cité a constitué une très grande fierté pour tous les Turipinois. Mais il en est une qui rayonnait tout particulièrement, ce jeudi matin vers 10 h, lorsqu'elle a vu arriver, à l'hôpital local, Marc Vella et son piano nomade, installés sur une charrette que tractaient deux chevaux.
Véronique Gerbelot, animatrice dans cet hôpital, s'était beaucoup battue pour que la Caravane amoureuse vienne apporter un peu d'amour et de bonheur à ces personnes âgées ainsi qu'à quelques hommes et femmes porteurs d'un handicap. Un combat contre le scepticisme et une certaine peur de l'inconnu qui habitait une partie de ses concitoyens.
" Début 2010, quand un courrier a invité les animateurs socio-culturels de la ville à une réunion d'information sur la Caravane amoureuse, j'y suis allée pour voir. Parce que je suis ouverte à tout. Et le projet m'a tout de suite conquise, comme il a conquis Gilles Rouchy, le premier adjoint au maire. J'étais carrément sur le c... en voyant que vous alliez oser faire ça ! J'ai trouvé ça génial, sensationnel. Et c'est devenu mon cheval de bataille. Je tenais absolument à ce que la Caravane amoureuse vienne à l'hôpital. L'idée du piano sur la charrette avec les chevaux, c'est d'ailleurs moi qui l'ai eue. Après, il a fallu que je me batte pour que mon rêve prenne forme. J'ai rencontré beaucoup de réticences. Certains vous prenaient pour des baba cools, voire une secte, d'autres se demandaient pourquoi vous veniez à l'hôpital avec un piano. En Isère, les gens sont plutôt froids... Mais j'ai tenu bon. Et avant votre arrivée, j'ai préparé les résidents, je leur ai présenté le DVD de Marc Vella sur une précédente Caravane, montré une carte du monde pour qu'ils visualisent votre parcours pendant ces sept semaines ".
Véronique Gerbelot sera officiellement nommée "animatrice" de l'hôpital de La Tour du Pin le 17 juin. Elle exerce pourtant cette fonction avec passion depuis six ans, après avoir travaillé dans l'établissement comme aide-soignante pendant quatorze années. " Ce poste d'animatrice est arrivé à moi comme du pain bénit. Dans mon boulot d'aide-soignante, j'étais arrivée à une overdose. On était trop dans la rapidité et dans la technique. C'est tout juste s'il ne fallait pas avoir fait Sciences-Po pour décider quel matelas correspondait à tel patient "

" Simplement heureuse "

" L'accompagnement individuel " est une partie essentielle du travail de Véronique. " Comme nous n'avons pas de psy à l'hôpital, il est primordial d'écouter ces personnes en fin de vie, du 4e âge comme on dit. Une visite régulière pour leur faire sentir qu'elles sont encore quelqu'un, les emmener revoir une dernière fois leur maison qu'elles vont vendre pour payer l'hôpital : voilà quelques-uns des aspects de ma fonction. Il y a aussi beaucoup d'animations sur le chant. Certaines personnes âgées ont oublié leur date de naissance, mais se souviennent encore parfaitement de fables de La Fontaine ou de chansons qu'elles chantaient il y a longtemps. Mon dada, c'est aussi la transmission. Neuf résidents ont écrit leur histoire de vie. Certains avaient oublié le prénom de leurs enfants, mais se rappelaient encore parfaitement le nom de leur maîtresse d'école, leur première punition, les jeux dans la cour de récréation "
Au terme de ces quelque deux heures pendant lesquelles le piano de Marc et les Caravaniers ont fait entrer l'amour et la joie de vivre dans les murs de l'hôpital, Véronique Gerbelot aurait pu crier victoire. Elle a préféré dire qu'elle était " simplement heureuse ". " J'ai rempli mon rôle. J'ai ressenti autant de plaisir que les résidents. Pendant deux heures, j'ai oublié mon boulot. J'ai tout gagné quand j'arrive à ce niveau-là. D'ordinaire, les animations à l'hôpital ne dépassent pas une durée de 40 minutes. Passé ce cap, l'attention n'est plus là. Cette fois, cela a duré deux heures et ils étaient tous super contents. Ils ont repéré le monsieur (Luis) avec son beau chapeau, la jeune fille (Cathy, la compagne de Marc) qui a joué du piano, les roses sur celui-ci. Je suis tellement contente que les personnes âgées aient pu profiter de ça ! Les trois quarts d'entre elles n'avaient jamais vu un piano de leur vie. Elles ont patienté une heure avant votre arrivée et pourtant, aucune n'a eu envie de partir. Ce n'est pas rien. Elles vous attendaient, elles étaient contentes de voir ce piano à queue et ces troubadours "
Véronique Gerbelot est une vraie dame de Coeur. Une femme qui ose, qui aime les autres. Toutes qualités qui feraient d'elle une parfaite Caravanière. Elle en convient, d'ailleurs. " Je pense qu'un jour, je participerai à une Caravane amoureuse. Peut-être pas celle qui se rendra début 2011 au Mali, en passant par le Sénégal, deux pays qui me tentent beaucoup, mais une autre sans doute. Je crois que j'aurais été capable de faire partie de votre groupe, cette année. Je suis ouverte à tout et la philosophie de la Caravane, c'est un peu la mienne ".

Poème de 2 élèves de la section Arts plastiques du lycée Elie Cartan, La Tour du Pin

La Caravane amoureuse

Le partage est leur sevrage
Voyager leur fait rêver
La musique est leur brique
Ressentir le plaisir de :
toutes les ondes du monde
Avoir cet espoir c’est une gloire
Cette misère qui est galère
Devient en l’espace d’un instant
Vraiment un bon moment.
Faites nous rêver, partager
Découvrir, ressentir…….
Tout ce que vous avez pu vivre

Caroline Chartier
Laurine Kregar

 

Parlez-moi d'amour

La Caravamoureuse du jour : Elisabeth.
J'ai 60 ans et je suis nouvelle retraitée depuis le 1er octobre 2009 (j'étais auparavant masseur-kinésithérapeute). Je réside à Montpellier. Mes passions : l'être humain (comment se connaître pour mieux être en relation avec l'autre), la lecture, le tricot (plaids), le décopath, les petites balades, les recontres, la nature.

- Ce qu'on a fait de plus beau par amour pour toi.
- C'est quand mon fils Christophe, vers l'âge de 34 ans, m'a envoyé un SMS qui disait : " Je suis heureux de t'avoir comme mère "

- Ce que tu as fait de plus beau par amour.
- J'ai accompagné (et fait la paix avec eux) mes parents à la fin de leur vie jusqu'à leur dernière heure. J'ai aidé mes fils dans les moments difficiles.

- Qeul est pour toi le symbole de l'amour ?
- L'attention d'une mère pour son enfant, l'attention d'un soignant pour son patient, le dévouement, tout en étant vivante et en donnant envie d'aimer la vie.

- Une phrase que tu aimes tout particulièrement.
- " Rien ne se fait par amour. Aimer, c'est poser des actes d'amour "

- Ce qui t'a donné envie de te joindre à la Caravane amoureuse.
- Le concept du voyage en groupe, d'aller à la rencontre des peuples, des autres Caravaniers, de soi.
Que Marc propose aux gens la rencontre du voyage aved le piano, partager la joie, l'Amour et... ça marche.
C'est unique à vivre. J'ai le sentiment d'avoir la chance de vivre cela.