44ème jour - Vendredi 28 mai - bateau de Grèce - Igoumenitsa - à Venise (Italie)

argaiv1123

 

English corner

 

Friday May 28th
From Igoumenitsa to Venice – Italy - by boat.

Piano improvisation, dances on the harbour before boarding on boat.
Nice journey on board with music improvisation.

44ème Jour - Vendredi 28 mai - bateau de Grèce - Igoumenitsa - à Venise (Italie)

En mer...

Le temps d’attente à l’embarquement est suffisant pour sortir le piano sur le parking. Nous partageons un moment de musique et de danses avec de nombreux motards intrigués par notre groupe. Sympathiques rencontres que nous prolongeons tout le temps de la traversée entre Igoumenitsa et Venise. Soirée sur le pont au rythme des Derboukas, tambourins et accordéon...

Claire

 

Parlez-moi d’Amour,


Le Caravamoureux du jour : Hervé, 48 ans depuis le 8 avril (le même jour de naissance que Jacques Brel, le ‘’papa’’ que je n’ai pas eu). Il vit en Lorraine, dans les environs de Nancy. Journaliste sportif à L’Est Républicain (actuellement en congé sabbatique pour un an, afin de pouvoir participer à la Caravane amoureuse) et surtout conteur amateur depuis un an et demi. Amoureux fou de la Bretagne, passionné de musique (la musique celtique et africaine surtout), de littérature (Jules Renard, Gustave Flaubert, Anatole Le Braz, qui a beaucoup écrit sur les petites gens en Bretagne, Odette du Puigaudeau, une sacrée aventurière) et bien sûr de contes (le Libanais Jihad Darwiche, Alain Le Goff, Michel Hindenoch). Fasciné par le désert, et surtout les Touaregs. Son rêve : devenir conteur du lever au coucher du soleil.

- Quelle est la plus belle chose qu’ont ait faite pour toi par amour ?
- Patricia, qui a quitté la lumière de l’Aquitaine pour venir partager ma vie dans la grise Lorraine.
- L’ultime étreinte de ma grand-mère, Marie, sur son lit d’hôpital, quelques jours avant de monter au ciel.
- Ma mère, Yvonne, ouvrière d’usine et modèle de courage, qui a tout fait pour que ma vie soit plus belle que la sienne. Avec quelques jours d’avance, je lui souhaite une très belle fête des Mères, là-bas à Lunéville.
- Innocent Yapi, conteur ivoirien, qui m’a emmené avec lui sur le chemin merveilleux du conte, ce monde de tous les possibles, et m’a redonné goût à la vie.

- Quelle est la plus belle chose que tu aies faite par amour ?
- Aider ma mère à réaliser son rêve : se rendre à Lourdes.
- Pardonner, il y a un ou deux ans, à mon père, décédé en 1985, d’avoir abandonné sa femme et ses cinq enfants.

- Quel est pour toi le symbole de l’Amour ?
- L’Abbé Pierre, que j’aurais tant aimé rencontrer.
- Jean-Marie Schmitt, ce kiné, bouleversant d’humilité, que nous avons rencontré avec la Caravane amoureuse, à Damas.

- Une phrase ou une pensée que tu aimes tout particulièrement.
- J’ai envie d’en choisir quatre.
« J’ai toujours aimé le Désert. On s’assied sur une dune de sable. On ne voit rien, on n’entend rien, et cependant, quelque chose rayonne en silence. » (Antoine de Saint-Exupéry, dans ‘’Le Petit Prince’’)
« Le papillon : ce billet doux, plié en deux, cherche une adresse de fleur » (Jules Renard).
« L’homme est un nomade : il est fait pour aller voir ce qu’il y de l’autre côté de la colline » (Jacques Brel)
« Il faut un minimum : une Bible, un cœur d’homme, un petit gobelet d’aluminium » (Alain Souchon, à propos de Théodore Monod)

- Ce qui t’a donné envie de te joindre à la caravane amoureuse.
Connaissant ma passion pour les Touaregs et le Sahara, Pascale Créteur, une amie conteuse au cœur immense, m’a informé qu’un certain Marc Vella, « pianiste du désert », comme disait le journal, donnait un concert à Nancy. Je ne le connaissais pas. Accompagné de Patricia, j’y suis allé pour écouter de la musique. C’était en novembre. Après avoir entendu Marc présenter la Caravane amoureuse et vu son film, Patricia et moi, on s’est regardés et on s’est dit : ce serait bien qu’on participe un jour à une Caravane amoureuse. Peut-être celle de 2012… Une chance : il restait quatre places dans la Caravane 2010.